logo

Le partage toujours

Chers amis,
Tara est parti de Lorient il y a deux semaines déjà, pour sa nouvelle expédition « Tara océans ». Lisbonne, Tanger et à la fin de la semaine prochaine Alger. Avant Naples et plus tard, le canal de Suez, la mer Rouge, l’océan indien.etc.
Ce nouveau départ restera ancré longtemps encore dans ma mémoire. Restant cette fois « à terre » j’ai pu ressentir en observateur de « l’autre côté », combien ses débuts d’expédition sont émouvants quand on est « public ».
Avant que les amarres soient larguées on souhaite « bon vent, bonne chance ou bon courage » mais les mots manquent toujours ou paraissent creux.  Tara lui dans sa majesté, sa solidité, tendu vers son nouveau but remet toute cette nostalgie poétique d’aplomb dans un mouvement, dans un sillage.
Une soif de mission qui semble dépassée le cadre scientifique.
A terre souvent on dit « Tara a une bonne étoile ». De nombreuses situations récentes, des faits qui s’accumulent  font dire ça aux équipiers, aux membres de l’équipe en général.  De la chance diront certains. Une part, sûrement.
Mais Tara semble mû aussi positivement par toutes ces énergies et toutes ces passions qu’ils suscitent. Par une irrésistible destinée, une trajectoire. Un incroyable rêve glisse sous sa coque: Ausculter la Planète, offrir un peu de la Nature en partage.
Prenez ma dernière expo photo à Lorient en marge du départ de la baleine. Vous avez été plus de 3500 à venir la voir, l’écouter. Les conversations s’engageaient comme si nous nous connaissions, sans barrières. Le partage simplement. Comme à bord de la goélette, amarrée à quelques mètres. Bienveillante. Bien sûr certains esprits diront, mais ce n’est qu’un objet ! Arrêtons !
Des enfants: petits en très bas âge ont écrit sur le livre d’or. Ou dessiner quand ils étaient encore trop petits pour écrire. Des adultes: grands, petits, âgés, jeunes aussi. Des chiens ont même visité l’expo, un peu tirés par la laisse au début. Mais après certains ont manifesté leurs impressions en aboyant, inquiets peut-être des sons émis par la banquise.
Que de réactions, d’encouragements, de bonheurs. De PARTAGE !
Merci à  vous. Merci Tara d’avoir résister aux assauts de la banquise pour me permettre de vivre ça. De revenir. Une fois de plus Bravo aux architectes Bouvet, Petit, Franco, qui il y a vingt ans ont conçus et construits cette merveille.
Comme vous avez été nombreux à me le suggérer, je vous promets de repartir à son bord un jour pour de nouvelles aventures, d’écrire un livre à l’automne.
« Nuit polaire » est exposée en ce moment au muséum d’histoire naturelle d’Orléans.  Après, « elle » ira à Nice pour l’une des escales de Tara. Enfin, un crochet par Paris, avant peut-être d’aller en nouvelle-zélande pour l’inauguration du musée Sir Peter blake.
Blake, vous le savez, l’un des anciens propriétaires de Tara, qui s’appelait alors Seamaster. Le moteur de Sir Peter était de partager, avec le grand public et à l’aide de l’image, son inquiétude sur la fragile beauté de notre planète. On continue. On espère à la hauteur de ce qu’il voulait, lui qui était ambassadeur des nations unies pour l’environnement.
En fait quelque soit son nom, (Antarctica-Seamaster-Tara) la goélette voulue en son temps par jean-louis Etienne, est depuis 20 ans une arche du partage.
Longue vie à toi Tara, et bon vent à ton équipage actuellement en mission en méditerranée.
vincent hilaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.